Oceanus

Publié le par Tmnath

Textes précédents



  3.

 

Déjà à plat. Les vagues se sont calmées, le vent retombe. La tempête annoncée n'a pas été si violente que ça, en fin de compte. Elle se relève, titube un peu sur le sable mouillé puis secoue son ciré noir. Les dernières ardeurs de l'océan disparaissent au loin, mais le vent reste frais et le soleil a encore du mal à se dégager des nuages. Elle se dépêche de remettre le manteau et se frictionne les bras pour faire disparaître la morsure de l'air marin. Tout est toujours aussi calme. Les mains dans les poches, elle observe l'horizon les yeux emplit d'embruns. Son regard se perd tandis que le roulis des vagues envahit son crâne. Elle se laisse porter par la berceuse marine encore quelques minutes avant de se ressaisir. Elle a passé deux heures ici, il était temps de rentrer. Elle s'active d'un bon pas sur la plage détrempée jusqu'au chemin de terre qui remonte vers la gare. Elle s'arrête dès que son pied foule l'herbe et jette un dernier regard à la vaste étendue bleue. Comme toujours, ce n'est pas un adieu, mais la sensation d'abandonner une partie d'elle est encore là. Elle resserre l'imperméable sur les côtés de son visage et se dirige vers la vieille station de train. Le bruit des vagues s'estompe peu à peu, comme au sortir d'un long rêve. Une fois le calme retrouvé, elle constate que son esprit est apaisé, détendu et mu d'une calme force sauvage. Toute revigorée, elle s'avance jusqu'au panneau d'affichage des trains. Le premier est dans dix minutes, le suivant vient dans vingt. Elle glousse d'un rire enfantin à l'idée qu'elle vient d'avoir. Ses chaussures crissent sur le sol, résonnant dans la gare esseulée, et la jeune femme s'échappe jusqu'à son confident. Les flots l'attendaient, immuables. Elle patauge du bout des pieds dans la mousse blanche comme elle aurait sauté à pieds joints dans une flaque, plus petite. Une fois sa part d'enfance rassasiée par ce plaisir bref, elle se dépêche de revenir sur ses pas pour attraper son train à temps. Une fois sur le quai, elle se dirige lentement vers un wagon, et capte la conversation d'un contrôleur au téléphone.

Apparemment, le train précédent vient de dérailler.

Publié dans Écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article